isolation acoustique, acoustique des locaux d'écoute
acouphile.fr : réduire des nuisances de bruit ou satisfaire une qualité d'écoute
Il existe sur ces sujets beaucoup de confusions,
de solutions erronées proposées ....
Seule une approche rigoureuse permet de les éviter

Site réalisé par
Patrick Carré

menu
isolation, bruits
p
locaux d'écoute
p

écoute et réverbération

Les sons qui présentent un intérêt sont toujours variables dans le temps. La réverbération que la salle ajoute au signal émis en un point va forcément modifier les caractéristiques temporelles des sons parvenant à un auditeur placé en un autre point.

l'effet "Haas"

Les capacités d'analyse temporelle de notre système auditif ont été décrites par Haas.
En simplifiant un peu : lorsque 2 sons identiques nous parviennent avec un décalage temporel, nous n'en entendons qu'un seul si le décalage est très court (quelques millisecondes) et nous les percevons séparés s'il est plus grand; en plus, ceci dépend de la différence de niveau sonore. Au-delà de 30 millisecondes, nous entendons toujours 2 sons distincts. Plus la différence d'intensité est grande, moins nette est la séparation .On appelle écho une séparation très évidente, donc lorsque le décalage en temps est élevé et la différence de niveau faible, comme en présence d'une surface très réfléchissante unique pas très proche qui renvoie une forte intensité. (30 msec correspond à un trajet de l'onde de 10 mètres), ce qui se produit rarement dans une salle, mais plutôt dans des situations particulières en extérieur.
L'effet est bénéfique pour la perception si nous entendons un seul son "grossi" par l'ajout temporel, et négatif si notre oreille fait une distinction et en perçoit 2.
Conclusion : la réverbération courte est intéressante, pas la réverbération longue. Les réflexions sur des surfaces proches de la source sonore ont un effet positif sur la perception, celles sur des surfaces lointaines, surtout si elles sont isolées et importantes, un effet négatif.

influence du temps de réverbération

Paroles et musique ne sont qu'une succession de sons différents, de variations temporelles complexes. La rapidité des variations est très dépendante de l'orateur ou du style de musique. La réverbération modifie la perception pour un auditeur de ces variations. Voyons son influence sur un son simple en faisant l'hypothèse de la linéarité de la réverbération (ce qui est une approximation): voir temps de réverbération

Avec un Tr faible, le 1er signal élémentaire émis "traine" un peu, mais a déjà beaucoup diminué lorsque le 2ème est émis. On distingue bien les 2. L'intelligibilité du message est correcte. figure 11
Avec un Tr élevé et le même intervalle temporel d'émission, on constate que le 1er a peu diminué lorsque le 2ème est émis : les 2 sons se mélangent, la distinction, donc la compréhension du message sonore, est plus difficile. figure 12

Pour améliorer l'intelligibilité dans ce 2ème cas, avec Tr élevé, et la rendre analogue à celle obtenue avec un Tr faible, il suffit d'augmenter l'intervalle d'émission des 2 signaux : figure 13
S'il s'agit d'un discours, il faut parler plus lentement; de musique, d'avoir un tempo moins rapide. C'est bien ce que l'expérience montre. Un orateur professionnel, dans un local très réverbérant, a tendance, même involontairement, à parler lentement en articulant au maximum, ce qui lui permet d'être mieux compris. Ecouter un discours compliqué dans une salle à réverbération importante oblige à une attention plus soutenue, est plus fatiguant, on "décroche" facilement.
Les musiques crées à l'origine pour être jouées dans des locaux à Tr élevé ont toujours des variations, des tempo (italiano : tempi) lents, comme dans le cas extrême de la musique d'église. En faisant un parallèle entre l'histoire de la musique et l'histoire de la construction, on constate un rapport évident entre les matériaux de surface employés dans les salles d'écoute et les tempo des musiques. Ce sont les musiques qui s'adaptaient aux locaux et pas l'inverse! Ecouter du jazz New Orleans dans une église est une aberration, du Gospel, c'est fait pour. Si on veut adapter les locaux aux musiques, il faut donc maîtriser leur réverbération, ce qui est l'élément fondamental du traitement acoustique.

suite :   traitement acoustique    ;     position des sources et des absorbants : une animation interactive pour comprendre l' influence de la réverbération du local et de la position relative des sources et des absorbants et diffuseurs sur la qualité d'écoute.
 

Site réalisé par Patrick Carré, ingénieur INSA, EX prof acoustique IUT, licence Réhanilitation Bâtiments, Université Lyon 1, conseil acoustique en Rhône Alpes
La reproduction de tout ou partie de ce site sur tout document papier ou numérique est formellement interdite sauf avec l'autorisation de l'auteur